Home > Luxembourg > LUXEMBOURG – Entre exaspération des frontaliers et demande d’éclaircissements des syndicats

LUXEMBOURG – Entre exaspération des frontaliers et demande d’éclaircissements des syndicats

luxembourg security privacy defense police cyber

mots-clés: train, zoufftgen, frontaliers, avterml, cfl, covoiturage, syndicats, sncf, principe de précaution.

Alors que le drame de Bettembourg qui a fait a vu la mort du conducteur du train de passagers des CFL est intervenu il y a 3 semaines jours pour jours, la situation reste bloquée entre les CFL et les principaux syndicats de cheminots de la SNCF, menant les travailleurs frontaliers français à la limite de l’exaspération. Trains supprimés, liaisons en autobus qui rallongent le temps de transport, inconfort, stress, quand les retards répétés sur le lieu de travail ne vont pas jusqu’à mettre l’emploi en jeu. Faisons le point sur ce que l’on sait exactement.

Conférence de presse des CFL du 16 février : pas de problème technique?

Selon les CFL, ce matin du 14 février 2017 le feu rouge a bien été activé, donnant l’ordre au conducteur des CFL de s’arrêter. A ce jour et dans l’état actuel de l’enquête (et de ce qui en est communiqué), les autorités sont dans l’incapacité de certifier que le conducteur du train a bien reçu/vu le signal, un problème technique n’est pas exclu.

Un acte délibéré du conducteur un temps envisagé n’est pas retenu, car il ne pouvait savoir qu’un autre train venait à sa rencontre. Notons également que l’enquête est soumise au secret de l’instruction et que par conséquent les informations ne sont pas sensées être divulguées.

L’angoisse de l’erreur humaine – retour sur Zoufftgen 2006.

Le 11 octobre 2006, alors qu’un feu rouge indique au conducteur du train CFL de s’arrêter pour laisser passer un train de marchandise français, le poste de contrôle de Bettembourg ordonne néanmoins au conducteur de le franchir. Se rendant compte de son erreur trop tard, l’aiguilleur n’avait pas les possibilités techniques de couper l’alimentation électrique de la voie ce qui a entrainé le choc frontal des deux trains et le lourd bilan de 6 morts.

Devant de telles incertitudes les syndicats français s’opposent à la reprise du travail.

Les résultats de l’enquête tardent à venir et le juge d’instruction s’est rendu sur les lieux du drame la semaine dernière.

Sans préjuger des résultats de l’enquête en cours et en conséquence de ce qui précède les principaux syndicats français de cheminots opposent un droit de retrait et demandent à la SNCF des certitudes sur l’absence de risque pour le personnel SNCF (l’employeur devant garantir la sécurité de ses employés) ainsi que pour les usagers-clients de la ligne Metz-Thionville-Luxembourg. Tant que des garanties ne seront pas données, le trafic ne sera pas assuré sur la ligne, ce qui bloque également le trafic TGV jusqu’à nouvel ordre de la ligne Paris-Luxembourg, les départs et terminus se faisant alors à Thionville.

Et des frontaliers qui s’organisent.

Le trafic TER étant fortement réduit et la mise en place de bus de substitution ne parvenant à compenser la baisse du trafic train les travailleurs frontaliers s’organisent.

L’association AVTERML annonce dans un communiqué du vendredi 03 mars qu’elle se portera partie civile de façon à avoir accès à l’ensemble du dossier.

Les principaux représentants des usagers-clients de la ligne Metz-Thionville-Luxembourg ont rencontré le Ministre F. Bausch en charge des Transports, le Ministre constant le blocage avec la SNCF et le regrettant.

Les sites de covoiturage se développent.

Une pétition demandant la reprise du trafic de la SNCF a été lancée et connait un vif succès.

Conclusion.

Trois semaines après le drame l’incompréhension semble réciproque. Les syndicats se battant pour davantage de sécurité ne reprendront le travail que lorsqu’on leur donnera des gages de sécurité. Les frontaliers subissant des conditions de trajets exaspérantes poussant à un retour à la normale du trafic ferroviaire. Mais tous se réunissent sur un point : il faut que les origines de l’accident soient rapidement connues et surtout il faut que cet accident soit définitivement le dernier.

Partager cet article avec:

Related posts